Conseils

Démystifier la sécheresse oculaire

ÉCRIT PAR L'équipe Doyle  | 
7 février 2018

Découvrez quelles sont les causes les plus fréquentes de la sécheresse oculaire.

Démangeaisons, sensation de brûlure, fatigue ou encore vision brouillée; chaque jour la sécheresse oculaire affecte de nombreuses personnes. Pourtant, beaucoup ignorent les symptômes et s'exposent ainsi à des complications. Nous avons rencontré Dr Karl Brousseau, optométriste, pour en apprendre plus sur la sécheresse oculaire.

« Les yeux qui coulent abondamment font partie des symptômes les plus fréquents », explique l’optométriste. Ceci peut paraître étonnant, mais selon le spécialiste, les larmes n’auraient pas tendance à couler automatiquement si le film lipidique était fonctionnel.

Sécrété par les glandes de Meibomius, situées dans les paupières, ce film lubrifie et prévient l'évaporation des larmes. Un film lipidique dysfonctionnel est donc causé par l’engorgement des glandes dans les paupières, qui devraient techniquement produire et éjecter une huile meibomienne lorsque l’on cligne des yeux.

« Clignez des yeux! », dit donc l’expert. Selon lui, une déficience aqueuse peut simplement être expliquée par le fait qu’une personne ne le fait pas suffisamment. « L’huile ne sort pas des glandes de façon passivement, elle sort de façon active, continue-t-il. Mécaniquement, c’est avec la pression des paupières lors des clignements qu’on pompe les glandes. »

Il recommande donc de faire attention à nos comportements devant nos écrans d’ordinateur et de téléphones mobiles, qui font réduire considérablement la fréquence de clignement.

Outre le taux de clignement des yeux, plusieurs facteurs sont propices à la sécheresse oculaire. L’âge, la ménopause, certaines maladies, la prise de médicaments, le port de verres de contact, l’humidité mal contrôlée dans les maisons et la fatigue visuelle ont tous un impact direct sur les yeux.

« La sécheresse oculaire peut possiblement faire perdre la vue de façon permanente », souligne Dr Karl Brousseau. En effet, les inconforts des yeux secs ne sont pas à négliger puisqu’ils peuvent abîmer la cornée et la rendre complètement opaque.

« Si vous ressentez une sécheresse 1 à 2 fois par semaine, il est temps d’aller consulter votre optométriste », continue le spécialiste, qui explique que les professionnels de la vue ont d’excellentes ressources technologiques pour mesurer la qualité des larmes et faire des suivis.

LES SOLUTIONS

« Face à un problème chronique, la meilleure approche est un petit geste quotidien, d’où les compresses d’eau chaude et les larmes artificielles. C’est la base ! », explique l’optométriste. De plus, il existe sur le marché des masques chauffants. Cette solution permet, entre autres, d’obtenir de meilleurs résultats qu’une compresse d’eau chaude. Pour ce qui est des larmes artificielles, plusieurs sont aussi offertes sur le marché, mais elles ne sont pas toutes aussi efficaces les unes que les autres.

Votre optométriste est donc définitivement la meilleure ressource pour vous prescrire la bonne goutte adaptée à votre type de sécheresse. L’étape subséquente est sous forme de prescription, c’est-à-dire des gouttes médicamentées. Quand à l’approche finale, elle consiste à traiter la sécheresse oculaire avec des consultations chez l’optométriste 2 à 4 fois par année. Les traitements cliniques peuvent être, par exemple, sous forme de nettoyage des paupières. « L’approche thérapeutique à ce niveau s’est grandement développée dans les dernières années et continuera sans doute d’évoluer », rassure M. Brousseau.

Il est néanmoins primordial d’aller consulter un professionnel de la vue et avoir un diagnostic propre à soi. Selon le docteur, un examen de la vue complet permettra de diagnostiquer un problème de vision et donc d’éviter la fatigue visuelle, ce qui à l’occurrence évitera de la sécheresse oculaire.

Pour en savoir plus sur la sécheresse oculaire prenez rendez-vous avec l’un de nos experts de la vue.